Qu’est-ce que l’Excellence Opérationnelle ?

/Qu’est-ce que l’Excellence Opérationnelle ?
Qu’est-ce que l’Excellence Opérationnelle ? 2017-04-04T06:40:19+00:00

Qu'est-ce Que l'Excellence Opérationnelle ?

Il n’existe à ce jour pas de définition officielle de l’excellence opérationnelle. Celle-ci est cependant de plus en plus souvent interprétée comme la capacité d’une organisation à fabriquer des produits et/ou des services au plus près des attentes clients et dans les meilleures conditions de rentabilité. C’est-à-dire produire un haut niveau de qualité avec le moins de ressources possible et donc à moindre coût.

Pour parvenir à cet objectif d’efficience de la production (production qualitative au meilleur coût), les organisations disposent de plusieurs approches de maîtrise et d’amélioration de la qualité de production. Ces dernières années les organisations privées comme publiques, les offres de conseil et de formation, valorisent plus particulièrement la pertinence et l’efficacité des approches suivantes :

  •  Les méthodes Lean, World Class  et/ou six sigma , sous leurs différentes déclinaisons (Six Sigma, Lean Six Sigma, Lean Management, Lean Manufacturing, Lean Office, World Class Manufacturing, World Class Management…)
  •  L’approche processus,  et notamment le pilotage par les processus.
  •  L’ensemble de ces approches, appliquées indépendamment ou conjuguées, sont destinées à maximiser la qualité des produits et prestations de service destinés aux clients, tout en réduisant coûts, délais et risques, dans le cadre d’une démarche pérenne d’amélioration continue et dans le respect des collaborateurs.

Répondre aux enjeux de gain de compétitivité des organisations

Les démarches d’excellence opérationnelle constituent un levier clé de l’amélioration de la compétitivité et de la performance  des grandes activités économiques, mais aussi de service public. Pour concurrencer des pays disposant d’une main d’oeuvre en moyenne moitié moins coûteuse que la main d’oeuvre française dans les pays émergents, pour redresser l’état de nos comptes publics, il est temps de se donner les moyens d’être réellement plus efficaces et attractifs :

  • L’amélioration de la qualité et des délais de traitement est un gage de pérennisation de la clientèle et donc du chiffre d’affaires, et de plus forte attractivité  des produits et services conçus sur notre territoire. Elle est une composante incontournable de la montée en gamme que de plus en plus d’acteurs publics et privés appellent de leurs voeux. Les consommateurs sont en outre de plus en plus sensibles à la réactivité de leurs fournisseurs et à la qualité des produits et prestations qu’ils achètent. La qualité délivrée au consommateur final est donc de plus en plus déterminante.
  • Dans le même temps, les organisations françaises sont confrontées à une concurrence internationale croissante, et se doivent, pour maintenir leur part de marché et leur présence sur le territoire, d’accroître la création de valeur client  tout en maîtrisant leurs coûts de production de manière drastique, malgré un prix de la main d’oeuvre et une pression fiscale élevés par rapport aux benchmarks est-européens et a fortiori asiatiques.
  • De nombreuses initiatives sont engagées par les acteurs publics et privés pour renforcer notre compétitivité  ; parmi elles les démarches de soutien à l’industrie, et bien entendu d’innovation technologique. Mais peu d’organisations ont encore durablement expérimenté les démarches d’excellence opérationnelle, qui permettent pourtant d’aboutir à des gains de compétitivité particulièrement notables, tout en préservant les emplois sur notre territoire. La montée en gamme préconisée par nombre d’acteurs politiques et économiques ne peut se passer d’une meilleure prise en compte par les producteurs de la qualité et de l’efficacité opérationnelle.

Des gains de compétitivité tangibles

En permettant d’améliorer qualité et délais tout en diminuant coûts et risques, l’excellence opérationnelle répond précisément aux défis économiques auxquels les organisations, privées ou publiques, sont aujourd’hui confrontées :

  •  La conduite de projets ponctuels  d’optimisation de processus sous les approches lean et/ou six sigma peut apporter entre 5 à 30 % de gains de productivité  dès le très court terme, sous réserve que la réalisation des gains intègre une dimension sociale forte (exploitation des mobilités naturelles, réallocation des ressources économisées sur d’autres activités de croissance)
  • La mise en oeuvre de systèmes de management au plus près du terrain inspirés des fondamentaux du Lean management , est elle-même génératrice de gains de productivité jour après jour par l’amélioration continue des pratiques et la détection des dysfonctionnements , tout en confortant les conditions de travail et la motivation des salariés et en enrichissant les pratiques des managers de proximité. Quand elle est appliquée dans le plein respect des collaborateurs, et des managers, elle répond en outre aux phénomènes de démobilisation et de démotivation dont souffrent moult organisations.
  • La vision de bout en bout des activités proposée par le pilotage par les processus est de nature à mieux gérer la complexité des grandes organisations actuelles, à renforcer l’efficacité des processus fonctionnels et de décision souvent négligée, et à mieux maîtriser les risques opérationnels, tout en inscrivant l’organisation dans une démarche d’amélioration continue de la performance. Les processus métiers, dits de « réalisation » ne sont ainsi pas les seuls à bénéficier d’une vigilance quant à leur efficience ; les processus fonctionnels et managériaux sont au moins aussi importants que le processus métiers pour inscrire l’organisation dans une véritable dynamique d’efficience et d’amélioration continue.
  • L’application des approches d’excellence opérationnelle à la sphère publique et para-publique peut en outre générer d’importants gains en termes de qualité du service public et d’efficacité publique, eux-mêmes facteurs d’amélioration de la compétitivité nationale , mais aussi de satisfaction des usagers et indispensables à la contention de la dette publique.